mercredi 13 décembre 2017
Page d'Accueil Accueil
Plan Plan
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
Librairie OVNI Librairie OVNI + Vidéos
Forum Ufolibre Forum Ufolibre
Agenda Girondin Agenda Girondin
Annuaire Ufologique Annuaire Ufologique
Abonnement revues Abonnement revues
Associations girondines Associations girondines
Interviews de personnalités Interviews de personnalités
Librairie Impossible Librairie Impossible
Observations Observations
Pistes de recherche sur les OVNI Pistes de recherche sur les OVNI
   - Folklore ufologique et du passé
   - HET ou Hypothèse Extra-Terrestre
   - Inconscient Collectif
   - Intox lucrative
   - L’origine Intra-Terrestre
   - Le Monde des Illusions
   - Les Autres Dimensions
   - Manifestation des êtres divins
   - Phénomènes naturels dont certains sont inconnus
   - Ultra Top Secret
Revue de presse Revue de presse
   - Les vidéos sur internet
ZArchives CDIM-OVNI ZArchives CDIM-OVNI
   - Anomalies spatiales
   - L’Affaire Roswell
   - L’archéo-ufologie ou astro-ufologie
   - L’exo-biologie et la connexion Mars/Terre
   - Les congrès ufologiques
   - Les effets dûs aux ovnis
   - Les OVNI au fil du temps
   - Les ovnis : un phénomène mondial
   - Les ovnis et la science
   - Les ovnis et les autorités
Recevoir des infos géopolitiques rares
Le sommaire du prochain LIESILIESI

Inscription
Désinscription
Retour à la page d'accueil  ZArchives CDIM-OVNI  L’archéo-ufologie ou astro-ufologie

Etude sur prise de tête de nos ancêtres

mardi 30 novembre 2004, Mantel


Formez, déformez, il en restera toujours quelque chose !...

Parmi les choses étranges de notre monde, il en existe quelques unes dont on ne parle guère. Soit parce qu’elles n’ont à nos yeux, aucun sens, soit parce qu’elles déclenchent un sentiment de répulsion.

Souvent une tradition d’origine inconnue se perpétue à travers les âges sans aucune raison logique.

Lors d’une visite réalisée au musée de la Médecine Navale de ROCHEFORT (17), il est possible d’admirer les différentes vitrines contenant la plupart des anomalies rencontrées par les médecins de la Marine au cours de leurs multiples pérégrinations a travers les siècles, sur tous les océans. L’attention sera attirée par quelques crânes aux configurations très étranges. Ces crânes sont allongés d’une façon surprenante. La face, semblant nettement plus petite que celle d’un crâne normal. Par contre, la partie arrière, elle, s’allonge inconsidérément. L’on peut se demander alors, comment ont vécu leurs propriétaires. Pourquoi une telle déformation ? Quelle coutume obligeait ainsi, à déformer les crânes des enfants dès leur naissance ?

Pour la recherche archéologique, l’évolution de l’homme est souvent décrite comme très lente et progressive. A partir de la station bipède acquise avec le temps dans la savane aux hautes herbes, (Pr. Yves COPPENS) le cerveau s’est développé pour atteindre avec Neandertal les 1600 à 1700 Cm3. Pour nous, l’homo sapiens sapiens, notre volume cérébral évolue plutôt autour des 1500 Cm3. Cela ne nous empêche pas de prendre en grande considération les cerveaux les plus volumineux ou les plus célèbres et de les préserver précieusement (Exemple le cerveau d’EINSTEIN conservé par les scientifiques !) Sommes nous au bout de notre évolution ? Les hypothèses prévoient un cerveau plus grand pour l’homme du futur et une musculature plus faible... Nous sommes tellement fiers de nous, que toutes ces prévisions nous paraissent très logiques ... !

Et que dire des animaux ? Evoluent-ils comme nous ? Aucun scientifique ne nous informe de l’évolution de la taille du cerveau des animaux sauvages ou domestiques et, nous serions curieux de savoir, si par exemple le cerveau du lion « le roi des animaux », a évolué avec le temps !... Nous sommes nous-mêmes intéressés par la nature dont nous voyons, avec angoisse, tous les jours des espèces disparaître...

Dans un futur assez proche, seuls les animaux dont nous nous servons pour notre alimentation, distraction ou compagnie, seront encore présents auprès de nous ; la faune sauvage sera très certainement dans des « Musées - Zoo » où l’on viendra s’étonner de leur si beau pelage ou plumage !!!... Bref, rien de bien réjouissant dans ces perspectives. Par contre, de toutes ces réflexions, il en est une bien étrange qui nous interpelle : Pourquoi, depuis les temps anciens, l’homme a-t-il essayé de modifier la forme de son crâne...

Il existe plusieurs représentations Egyptiennes, où l’on peut observer des représentations de personnages ayant une déformation prononcée du crâne, nettement plus allongé que la normale. L’exemple le plus notable se situe à l’époque du Pharaon « AKHENATON ». A cette époque, les crânes des enfants étaient volontairement déformés (voir les représentations ci-jointes des filles d’AKHENATON). La forme allongée de ces crânes était très caractéristique et il semble que l’on cherchait à cacher ces déformations par des artifices de coiffures. Les ethnologues nous enseignent que pour obtenir de tels résultats, on serrait la tête des petits enfants avec des planchettes et des bandes de tissus. Les os du crâne n’étant par encore soudés, cette déformation volontaire devenait effective avec l’age. L’enfant souffrait-il ? Est-ce que cette méthode entraînait une plus grande intelligence ? L’on peut s’interroger longuement sur la méthode et le but recherché. Certains scientifiques perspicaces se penchèrent sur cette étrange énigme. Déjà, en 1875, Paul BROCA, célèbre fondateur de l’école d’Anthropologie de PARIS, déposait un mémoire, relatif aux séries de crânes provenant d’anciennes sépultures des environs de BOGOTA. Il indiquait : « Que les déformations crâniennes étaient très répandues dans les deux Amériques, du LABRADOR à la PATAGONIE ; que, contrairement à l’opinion admise, on trouvait de la dolichocéphale naturelle en Amérique. Toutefois, les esquimaux, les Australiens et les néo-calédoniens demeuraient les plus dolichocéphales de tous les hommes. Enfin, parmi ces semblables, on trouvait beaucoup de prognathisme (comme les statues de l’Ile de Pâques) » De plus, un autre savant « de NADAILLAC », a signalé l’importance des déformations crâniennes chez les Aymaras du lac TITICACA (BOLIVIE/PEROU.) qui se disent les plus anciens du monde...

A un moment de notre évolution, le fait d’avoir le crâne allongé, témoignait-il d’une forme d’élégance ou de mode ? Les individus ayant subi cette déformation étaient-ils plus intuitifs ? Possédaient-ils des qualités que nous n’imaginons même pas ? Ou alors, ceux qui possédaient un tel crâne appartenaient-ils à une classe sociale dite supérieure ? On peut se poser toutes sortes de questions...

Certains égyptologues insistent sur le fait que les égyptiens possédaient une extraordinaire intuition qui les mettait en relation avec le divin. Cette faculté a-t-elle été perdue ? Le fait de déformer le crâne était-il une tentative pour retrouver ces qualités perdues ?.....

Louis Claude VINCENT , professeur à l’école d’anthropologie de PARIS, nous apporte une excellente réponse : « il est connu que la faculté « d’intuition » réside, essentiellement, dans le « cervelet » et le développement de cette faculté est directement relié à celui de cette région du cerveau. Celle-ci se limite aux deux lobes, situés dans la partie inférieure et postérieure de l’encéphale. Chez les anciens, l’importance primordiale de cette zone cérébrale était appelée « l’arbre de vie » et chez les chinois « fenêtre du ciel », expressions qui précisent bien le rôle « unique et irremplaçable » de cet ensemble glandulaire.

De tout temps et dans de nombreux pays, notamment en Egypte, durant les premières dynasties, ou encore, parmi certaines tribus de l’Amazonie, on a recherché spécialement à assurer le « développement » de « l’arbre de vie ». D’où l’existence de cette pratique de « déformations crâniennes » appliquée dès la naissance, à l’aide de planchettes tenues serrées par des bandes de tissus, aux fins de modeler l’allongement de la boîte crânienne et de préparer ainsi, un développement optimum du cervelet. De nombreuses gravures des premières dynasties d’Egypte et des bustes exposés au Musée du CAIRE, nous montrent ces crânes d’adultes très allongés vers l’arrière, dont, jamais, on a su ni en comprendre l’origine (qui n’a rien de raciale) ni surtout en déceler le but suprême.

La fille d’Akhenaton (Aménophis IV) de la XVIIIe dynastie (1463 - 1432) pièce N°  36 du Musée ; le nain Khnemhotep, maître de la garde robe de SAKKARA, VI° Dynastie (4326- 4123)Pièce n° 160 du musée, sont les types les plus accentués de déformations crâniennes.

Nous savons par le Pr. A. FAKHRY, que les Olmèques du Mexique pratiquaient également la déformation du crâne (2000 AV JC). Cette pratique existait aussi en Amazonie, en Afrique et également en Asie, suivant de très antiques traditions.

Que dire des coiffures de nos ancêtres ? Si nous remontons aux Sumériens, les coiffures étaient vraiment un prolongement du vêtement. Dans toutes les représentations des dieux, des rois, des prêtres, que nous possédons, toutes les coiffes donnent de la magnificence aux personnages représentés. Si nous consultons les Egyptiens, les tiares qui prolongent la silhouette des Pharaons et des prêtres, leur donnent une impression de « classe sociale », de majesté, nettement supérieure aux glorieux soldats ou humbles agriculteurs que nous pouvons retrouver gravés sur les murs de leurs propres tombeaux...

Que dire du hennin du Moyen Age, des tiares des souverains et des papes ? Même si les femmes des seigneurs du moyen âge, se parent d’habits somptueux, elles n’en possèdent pas moins des coiffures majestueuses et peu pratiques, décorées de rubans et de voiles.

On peut donc penser que le caractère de majesté est renforcé par la coiffure et donne à la personne qui la porte deux avantages très distincts. D’abord, c’est un insigne de sa caste, de sa noblesse, de son oisiveté même (on imagine guère une paysanne avec cette coiffure aux travaux des champs !...) Ensuite, cette coiffure à l’avantage de cacher discrètement la déformation de son crâne.

La véritable question qui restera sans réponse est la suivante : Qui a donné au genre humain la volonté de déformer le crâne des enfants et quel en était le but exact ?....

De plus, dans les traditions des différentes religions terrestres, il est étonnant de retrouver l’obligation de porter, dans le haut clergé, des coiffures souvent très inspirées de cette fameuse époque Egyptienne.

Dans les documents joints, nous pouvons très nettement observer le caractère pompeux entretenu par les évêques, les cardinaux et même le pape (pour la religion catholique). La coiffure est donc un signe de majesté, traditionnel et obligatoire, pour une certaine caste religieuse. Est-ce un héritage spirituel ou un côté pratique et efficace pour cacher discrètement cette fameuse déformation crânienne ?

Il faut savoir, que les plus anciennes déformations crâniennes remontent à 45.000 ans avant JC. Mais vers 7.000 ans avant JC, elles étaient assurément volontaires. Nous savons aussi, que cette tradition s’est répandue dans toute l’Europe par les Huns et même par les Wisigoths (Déformation : » à la toulousaine ») . Cette tradition culturelle s’est maintenue à travers tout le moyen âge. Période pour laquelle nous savons que le crâne était déformé, dès la naissance, toujours de la même façon par un bonnet, des planchettes et un bandage serré. Le crâne, ainsi comprimé, s’allongeait vers l’arrière et prenait cette forme si caractéristique.

Nous avons aussi l’étude très précise, réalisée par Evelyne PEYRE (CNRS, musée de l’Homme) :« Le crâne d’un adulte âgé, remontant à 4.000 ans avant JC. possédait un bourrelet en creux à l’arrière du crâne et la trace d’une contrainte sur le front. Cette déformation, a attiré notre attention ; C’était comme si la tête avait été posée sur un petit coussin dur, maintenu par un bandeau, qui tous deux, auraient laissé leurs empreintes. Pourquoi pas un porte bébé ? »

L’on peut se poser la question de savoir si cette déformation altérait également les facultés cérébrales de nos ancêtres ? Les crânes des très jeunes enfants étant très malléables, ils s’adaptaient ainsi, avec le temps, à la forme imposée.

Mais il ne faut surtout pas oublier, qu’à la Révolution Française, un adulte sur deux avait encore le crâne déformé !

Les causes initiales de cette pratique peuvent être recherchées dans une « sorte d’initiation » avant d’être une tradition. Ce qui donnait aux êtres ayant subi cette modification du crâne, dès leur naissance, l’acquisition de dons exceptionnels de divination. Ce don les rendait très certainement supérieurs à leurs congénères.

Cette pratique courante, en Egypte comme en Amérique du Sud, peut nous interpeller sur l’universalité de cette information. Qui avait répandu cette même initiation des deux côtés de l’océan ? Une superbe civilisation antédiluvienne aux connaissances très avancées ? Une information « tombant » par hasard des étoiles ?...

Même si, à priori, nous ne voulons pas le reconnaître, il était de notre devoir de souligner l’étrangeté de ces connaissances acquises à une époque où les hommes sont généralement considérés comme de « doux sauvages » par l’ensemble de nos archéologues si respectables !!!

Par contre, tout au long du moyen âge, cette pratique si étrange pour notre époque actuelle, que l’on peut comparer à la « tradition du sang bleu », semblera être l’insigne d’une caste, dite « supérieure », et qui se pratiquera, dans le temps, jusqu’à une époque avancée de notre histoire.

Jean Pierre VARENNE.

REFERENCES :

• Le Paradis Perdu de Mu Professeur Louis Claude Vincent Edition La Source d’Or 1975

• Aux Origines de l’Egypte Jean Louis BERNARD Chez Robert LAFFONT 1976

• Impact Médecin N° 308 Février 1996 La Paléopathologie

• RALF L. HOLLOWAY. Antropologue Université de Colombia La Forme du Crâne « La Recherche » N° 377. 2004


Musée militaire de Rochefort

Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

DANS LA MEME RUBRIQUE :
-Chronique des déluges annoncés !


AUTEUR :
-Mantel
> Etude sur prise de tête de nos ancêtres
27 janvier 2007   [retour au début des forums]

D’où provient la photo du squelette 3, en bas à droite ?

Si vous avez la réponse. Merci d’avance.

Non seulement l’étre est petit, il a une grosse tête et seulement 4 doigts. Vérifiez la photo.

En gros, c’est certainement un beau squelette d’extraterrestre.

> Etude sur prise de tête de nos ancêtres
9 janvier 2005, par majorana   [retour au début des forums]

d autre liens sont possible sur l’egypte et les ET

vous avez une réponse j ai le reste et méme plus que vous ne pouvez penser

regarder la disposition des chambres dans les pyramides et regarder la disposition de la chambre principale du reacteur du bugey aprés contacter moi



-> Etude sur prise de tête de nos ancêtres
(1/2) 27 janvier 2007
-> Etude sur prise de tête de nos ancêtres
(2/2) 9 janvier 2005, par majorana
Précédent Haut de page Suivant
 newsletter  -  admin  -  webmaster  -