vendredi 23 juin 2017
Page d'Accueil Accueil
Plan Plan
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
Librairie OVNI Librairie OVNI + Vidéos
Forum Ufolibre Forum Ufolibre
Agenda Girondin Agenda Girondin
Annuaire Ufologique Annuaire Ufologique
Abonnement revues Abonnement revues
Associations girondines Associations girondines
Interviews de personnalités Interviews de personnalités
Librairie Impossible Librairie Impossible
Observations Observations
Pistes de recherche sur les OVNI Pistes de recherche sur les OVNI
   - Folklore ufologique et du passé
   - HET ou Hypothèse Extra-Terrestre
   - Inconscient Collectif
   - Intox lucrative
   - L’origine Intra-Terrestre
   - Le Monde des Illusions
   - Les Autres Dimensions
   - Manifestation des êtres divins
   - Phénomènes naturels dont certains sont inconnus
   - Ultra Top Secret
Revue de presse Revue de presse
   - Les vidéos sur internet
ZArchives CDIM-OVNI ZArchives CDIM-OVNI
   - Anomalies spatiales
   - L’Affaire Roswell
   - L’archéo-ufologie ou astro-ufologie
   - L’exo-biologie et la connexion Mars/Terre
   - Les congrès ufologiques
   - Les effets dûs aux ovnis
   - Les OVNI au fil du temps
   - Les ovnis : un phénomène mondial
   - Les ovnis et la science
   - Les ovnis et les autorités
Recevoir des infos géopolitiques rares
Le sommaire du prochain LIESILIESI

Inscription
Désinscription
Retour à la page d'accueil  ZArchives CDIM-OVNI  Les effets dûs aux ovnis

Ce phénomène X qui perturbe notre technologie spatiale

mercredi 7 novembre 2001, CDIM-OVNI


Ce phénomène X qui perturbe notre technologie spatiale

par C. MACE

Examinons les étranges comportements de la sphère géodésique Anna et du satellite de communication Telstar II. Anna, qui pût être mise sur orbite en octobre 1962, était équipée, peut-être s’en souvient-on, de quatre phares à éclat puissant qu’il était possible de photographier sur le fond des étoiles, ce qui permettait aux savants de calculer de façon plus exacte les dimensions et la forme de la Terre.

Après qu’on l’eût suivie et photographiée, et alors que l’on ne s’y attendait nullement, Anna, qu’on appelait aussi Luciole, cessa de fonctionner. Persuadée qu’elle était au bout du rouleau, l’armée de l’air cessa de s’y intéresser et ses techniciens, pliant bagages, allèrent s’occuper d’une autre mission. Au mois d’août 1963, cependant, après sept mois d’interruption, Luciole se remettait soudain à fonctionner ; et les techniciens de l’armée de l’air, contents mais surpris, reprenaient leurs observations. Il y eut ensuite l’affaire de Telstar II. Ce satellite, lançé à grand bruit le 7 mai 1963, fonctionna parfaitement jusqu’au 16 juillet 1963 ,date à laquelle il tomba brusquement en panne. Après avoir sommeillé jusqu’au 12 août, il reprenait soudain vie. La confusion de nos savants était semble-t-il fort compréhensible. Les deux satellites fonctionnaient parfaitement et n’avaient donné aucun signe de défaillance avant de tomber en panne, puis après y être restés pendant des semaines ou des mois,les voilà tous les deux qui se remettaient à marcher, à trois jours l’un de l’autre, et cela pour des raisons aussi inconnues chez l’un que chez l’autre.

Le constructeur de Luciole, Richard Kerschmeroff, de l’Université "Johns Hopkins", déclara aux journalistes : "C’est incroyable, nous ne nous expliquons pas comment ces phares ont pu se remettre à fonctionner". Le constructeur de Telstar II, Doren Mitchell, des laboratoires Bell, déclara de son coté "Nous ne possédons aucun indice sur la cause de la panne, mais cela pourrait avoir été une météorite". Ce qui laisse deux questions en suspens : premièrement, si ces satellites ont été endommagés par des météorites ,qui est-ce qui a réparé les dégâts ? Et deuxièmement (c’est une question dont les officiels refusaient de discuter),quelque chose ou quelqu’un a-t il examiné les satellites pendant qu’ils étaient en panne ? En 1964, quatre de nos satellites au total ont ainsi rendu l’âme sans raison apparente pour ressusciter ensuite sans plus de raison apparente...".

Fin de citation, tirée de"Les soucoupes volantes, affaire sérieuse" par Franck Edwards aux éditions Robert Laffont paru en octobre 1969 (page 190-191).

Et maintenant, voici un article tiré du "International Hérald Tribune" du 06 janvier 1976, et repris par "Ufologia" n°5 (3e trim.1976 page 21) intitulé : "Mystère dans le cosmos".

Le "grand vampire intergalactique" vient encore de frapper, détruisant l’un des instruments à l’aide desquels le vaisseau inhabité Viking doit se livrer à une recherche d’éventuels signes de vie sur la planète Mars. La sonde a en effet perdu l’un de ses trois capteurs d’échantillons du sol, brutalement devenu incapable de fonctionner alors que le vaisseau atteignait la zone baptisée l’antre du "grand vampire intergalactique". "C’est étrange, le vampire semble toujours averti lorsque nous arrivons dans son secteur"plaisante John Casani du Jet Propulsion Laboratory en Californie, où l’on parle de ce lieu spécial depuis 1969, après l’explosion d’une des batteries de Mariner 7.

Au total, sept engins ont été victimes d’avaries dans la zone du "grand vampire" ; celui-ci s’attaque indistinctement aux sondes américaines et soviétiques ! Et les spécialistes s’étonnent d’une telle suite de coïncidences dans une région pratiquement exempte de poussière cosmique..." Fin de l’article.

Informations complémentaires tirées de la revue "Mystère" de décembre 1994 (n° 17 page 64) : "La sonde Mars Observer, qu’elle (La NASA) avait lancé au mois de septembre 1992, avait pour mission , entre autres, de photographier à nouveau le site, cette fois avec des instruments offrant une résolution cinquante fois supérieure à ceux que Viking I avaient emportés seize ans plus tôt. On voit ce qu’il advint de Mars Observer. Le 24 août 1993, près d’un an après son lancement, et alors qu’elle abordait la banlieue martienne, la sonde cessa soudain d’émettre. Quatre ans plus tôt, les deux sondes soviétiques Phobos avaient subi le même sort. Coïncidences ? Hoagland n’en croit rien. Pour lui, je cite ; "Il y a là-bas sur la planète rouge des secrets que pour une raison ou une autre -on- nous interdit de trop approcher".

Et puis cette information, concernant la sonde américaine Viking I (chargée d’explorer la planète Mars) parue dans le journal "France-Soir" le 26/07/76 dans l’édition du matin : "Autre sujet d’étonnement pour les spécialistes de la NASA, l’émetteur-radio de Viking, défaillant depuis quelques jours, s’est subitement remis à marcher. A croire qu’un bricoleur martien l’aurait réparé. On ignore aussi bien les raison de la panne que celles de la remise en route...".

Au sujet de cette même sonde Viking I, autre information parue dans "Ufologia" n°6 (4°Trim 1976) en page 22. Des lettres et un chiffre sur la planète Mars. Le caractère mystérieux de la planète Mars se confirme de jour en jour. En effet, la sonde US Viking I a transmis l’image d’un rocher martien sur lequel figuraient les lettres "B et G" et le chiffre 2. Bien entendu les experts de Pasadena ne parlent pas pour autant de créatures martiennes intelligentes : "L’oeil humain est habitué à enregistrer certaines choses et il tend toujours à ramener ce qui est nouveau dans un contexte familier." ( ?!). Par ailleurs, les techniciens américains furent médusés en ne captant brutalement plus que des images en noir et blanc à la place de retransmissions en couleurs. De surcroît, les vues semblaient prises à travers un grillage... A propos de ces inscriptions mystérieuses : le chiffre 2 et les lettres B et G (ou aussi approximativement 8 ou G.

Qu’auraient-ils voulu dire ? Que la pesanteur sur Mars est égale à la pesanteur terrestre -G- divisée par 2,8 ? Ce qui serait approximativement vrai...

Voici maintenant des informations concernant la deuxième sonde américaine Viking II, parues dans le journal Le Monde du jeudi 19 août 1976 : "Après la découverte de rayures étranges, le site d’atterrissage de Viking II sur Mars est modifié... En effet, les photographies prises par la sonde ont montré la présence de très nombreux cratères, mais aussi une série de mystérieuses rayures que les géologues n’arrivent pas à interpréter. L’aspect des zones rayées ressemble à celui d’un champ qui vient d’être labouré, et la régularité de ces sillons est pour l’instant inexplicable. Aussi les responsables de la mission ont-ils décidé de changer le site de l’atterrissage..." .

N’oublions pas les trois visages humains photographiés sur la planète Mars (Cf. dans ce n° la rubrique Paul et Mick). Au sujet de la mystérieuse panne et remise en route de l’émetteur-radio de Viking I (France-Soir 26/07/76), un phénomène identique est survenu cette fois sur la lune, durant cette même année 1976 ! Selon le journal "La Nouvelle République" du 5/03/76 la NASA a annoncé que "le laboratoire lunaire déposé par les astronautes de la mission Apollo (il s’agit d’Apollo 14 dont l’équipage est composé de Shepard, Roosa et Mitchell, mission du 31 janvier au 9 février 1971 ; site Océan des Tempêtes près du cratère Fra Mauro) Shepard et Mitchell y ont déposé une station scientifique ALSEP automatique avec générateur nucléaire de 63 W qui convertit en électricité la chaleur dégagée par le plutonium 238) s’est arrêté de fonctionner pendant un mois puis s’est remis à marcher mieux qu’auparavant pour des raisons indéterminées. L’administration de l’espace a indiqué dans un communiqué que les appareils scientifiques montés à bord du laboratoire avaient cessé d’envoyer des informations le 18 janvier 1976 et avaient recommencé à transmettre le 19 février. L’engin, qui avait été déposé en février 71, pouvait normalement fonctionner encore 2 ou 3 ans. Une des énigmes concerne les instruments de mesure des particules chargées de l’environnement lunaire, qui n’avaient jamais réussi à marcher pendant le jour, et qui fonctionnent maintenant parfaitement !".

Autre phénomène identique survenu cette fois à la navette spatiale américaine Challenger !!! Le quotidien "Le Monde" du 5/08/85 relate le vol de Challenger : "Autre bonne nouvelle pour les responsables de la mission, le polarimètre optique universel, monté sur l’I.P.S et destinéà l’étude des champs magnétiques solaires, s’est lui aussi remis en marche. Une "réanimation soudaine, imprévue et surtout inexpliquée" selon un porte-parole de la firme Lokheed qui a construit cet ensemble d’instruments d’un coût de 4,5 Millions de dollars". A noter avec force la stupéfaction des techniciens qui ont eu à faire à ce mystérieux "phénomène X" qui perturbe notre technologie spatiale ! De 1963 à 1993 ce phénomène persiste...


Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

DANS LA MEME RUBRIQUE :
-Les OVNIs et l’Art du camouflage... éventé ! (1)
-Les effets physiques et physiologiques du phénomène OVNI
-Les OVNIs et l’Art du camouflage... éventé ! (2)
-Phénomène OVNI et énergie consciente
-Les mutilations animales / ovnis
-Les réactions thermonucléaires ou la science des éthérons


AUTEUR :
-CDIM-OVNI
> Ce phénomène X qui perturbe notre technologie spatiale
22 juin 2009, par Dominique   [retour au début des forums]
ance

tout ça est bien interressant , mais aussi un peu terrifiant...C’est le lot de l’inconnu, non ? Je trouve que nous manquons de rigueur scientifique : tout évènement jugé anormal devrait etre méticuleusement exploré et paramétré avec un esprit gendarme . Un bon gendarme essaye d’etre le plus objectif possible.Puis ces informations neutres devraient etre mises dans un fichier général qui serait visité de temps en temps pour chercher des corrélations. Ces appareils que vous dites avoir été déréglés et remis en marche ne sont pas équipés de capteurs pour évènements imprévus locaux,ni de mini caméras de surveillance en lumière visible et invisible ... ce qui serait une bonne chose et pourraient nous renseigner sur une modif du champ magnétique proche, ou de la radio activité, ou de rayonnements anormaux ou je ne sais encore !! mais en fait, les scientifiques s’en moquent car ce serait trop cher pour un bénéfice nul... Pour l’instant, on ne note pas de malveillance...la curiosité ne serait pas une menace et on doit se garder de la paranoïa ...mais les pires espions se déguisent en moutons, chez nous bien sur !! Je trouve que l’opinion du lecteur qui y voit une malédiction a quelque chose de censé : l’espace est inhospitalier pour l’homme . S’il s’y risque , ce sera toujours avec une technicité extravagante et des risques qu’on ne pourra jamais vraiment évaluer ; Sans compter les detructions psychiques en cas de pépins...soignons et guérissons les plaies de notre chère Terre, où tout est fait pour nous sans restriction... Sans vouloir continuer dans l’ésotérisme , la Terre n’est-elle pas un miracle dans cette immensité glaciale ou brûlante d’un espace qui pourrait bien ressembler à un enfer si on le voyait autrement qu’en spectateurs... ???

> Ce phénomène X qui perturbe notre technologie spatiale
4 août 2006, par Roméo   [retour au début des forums]
Ce phénomène X qui perturbe notre technologie spatiale

C’est normal. L’Homme a une malédiction. L’Hêtre humain doit résoudre sa malédiction depuis que l’Homme est descendu sur terre et jusqu’à nos jour (2006). Temps que l’Homme ne résoud pas sa malédiction. Il ne peut pas aller plus loin que la terre. Il n’a pas accès dans l’Univers. L’Homme doit admettre. Bien à vous et à bientôt.



-> Ce phénomène X qui perturbe notre technologie spatiale
(1/2) 22 juin 2009, par Dominique
-> Ce phénomène X qui perturbe notre technologie spatiale
(2/2) 4 août 2006, par Roméo
Précédent Haut de page Suivant
 newsletter  -  admin  -  webmaster  -