jeudi 14 décembre 2017
Page d'Accueil Accueil
Plan Plan
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
Librairie OVNI Librairie OVNI + Vidéos
Forum Ufolibre Forum Ufolibre
Agenda Girondin Agenda Girondin
Annuaire Ufologique Annuaire Ufologique
Abonnement revues Abonnement revues
Associations girondines Associations girondines
Interviews de personnalités Interviews de personnalités
Librairie Impossible Librairie Impossible
Observations Observations
Pistes de recherche sur les OVNI Pistes de recherche sur les OVNI
   - Folklore ufologique et du passé
   - HET ou Hypothèse Extra-Terrestre
   - Inconscient Collectif
   - Intox lucrative
   - L’origine Intra-Terrestre
   - Le Monde des Illusions
   - Les Autres Dimensions
   - Manifestation des êtres divins
   - Phénomènes naturels dont certains sont inconnus
   - Ultra Top Secret
Revue de presse Revue de presse
   - Les vidéos sur internet
ZArchives CDIM-OVNI ZArchives CDIM-OVNI
   - Anomalies spatiales
   - L’Affaire Roswell
   - L’archéo-ufologie ou astro-ufologie
   - L’exo-biologie et la connexion Mars/Terre
   - Les congrès ufologiques
   - Les effets dûs aux ovnis
   - Les OVNI au fil du temps
   - Les ovnis : un phénomène mondial
   - Les ovnis et la science
   - Les ovnis et les autorités
Recevoir des infos géopolitiques rares
Le sommaire du prochain LIESILIESI

Inscription
Désinscription
Retour à la page d'accueil  ZArchives CDIM-OVNI  Les ovnis et les autorités

Premier aperçu des Secrets NLO en ex-URSS

mercredi 7 novembre 2001, CDIM-OVNI


Premier aperçu des Secrets N.L.O. (1) en ex- U.R.S.S.

par François COUTEN Co-Président du G.E.F.R.U. ( 2 )

Le 1er mars 1996, à 14h08 ( heure française ) un " flash " de l’agence TASS, à Moscou, annonçait l’impact du premier objet humain sur la planète Venus, réalisé sept heures plus tôt. Cet objet - VENERA 3 - avait une particularité : c’est qu’il contenait, entre autres, une petite sphère métallique de sept centimètres de diamètre représentant notre planète et ses continents ainsi qu’une médaille aux armes de l’U.R.S.S. - avec la date de l’exploit et, au verso, une représentation schématisée du système solaire jusqu’à Mars -.

A l’époque, le principal responsable de la construction des lanceurs spatiaux soviétiques était l’ingénieur ukrainien Sergueï Pavlovitch KOROLEV, placé, dès 1946, par le Maréchal Joseph STALINE à la tête du Bureau de Construction Expérimentale chargé du développement des missiles balistiques à longue portée. Or, dans un article intitulé " STALINE avait-il peur des O.V.N.I.S ? " paru dans le numéro du 13 août 1991 du journal à grand tirage " Robotchaïa Tribouna " ( 3 ) figurait une passionnante interview du docteur ès-sciences Valéry BOURDAKOV, membre de l’académie des Sciences de Russie, révélant ce qu’il savait d’un contact entre STALINE et S.P. KOROLEV à propos du phénomène O.V.N.I. : (N.L.O. ).

Compte tenu de ces révélations et d’informations encore jamais rendues publiques en provenance du Colonel du G.R.U. ( 4 ) George MOROZOV, présentement en retraite et vivant près de Moscou, voici l’essentiel des faits quant à l’intérêt porté par STALINE au dossier " N.L.O. " :

En juillet 1947 ( jour non précisé pour l’instant ), S.P. KOROLEV fut convié à passer au bureau du Ministre de la Sécurité de l’Etat, place Dzerjinski à Moscou. Il se rendit le jour même à la convocation. Reçu discrètement par le superviseur des Services de Renseignements et de Sécurité de l’U.R.S.S., Lavrenti Pavlovitch BERIA, ce dernier lui signifia d’emblée que cette invitation était faite à la demande expresse de STALINE. A l’issue de ce bref tête à tête, S.P. KOROLEV fut installé dans un appartement spécialement aménagé sur place et on lui apporta une grosse pile de documents étrangers en rapport avec le phénomène O.V.N.I.

Le tout comportait pour l’essentiel les documents suivants :

- Une chemise toilée de couleur grise contenant une vingtaine de copies clandestines de documents UFO timbrés " SECRET " ou " TOP SECRET " à entête de l’US Air Force, du Pentagone et aussi du FBI.
- Un jeu de messages secrets émis par divers agents des réseaux d’espionnage soviétiques, surtout au CANADA et en SCANDINAVIE ( SUEDE essentiellement).
- Un lot de journaux et de magazines étrangers relatant des observations d’UFO ainsi que des déclarations de scientifiques de militaires voire d’hommes politiques et de simples citoyens à propos du phénomène O.V.N.I. et de ses origines possibles (U.R.S.S. ? Extraterrestres ? Psychoses collectives ? etc...). Ce lot étranger comportait entre autres le quotidien " Roswell Daily Record " du 8 juillet 1947 annonçant en première page sous un grand titre la récupération d’une " soucoupe volante par l’Armée de l’Air Américaine ". Ceci tenait au fait que tout incident notoire survenant dans et autour de Roswell Air Force Base - qui abritait le seul escadron de bombardement atomique au monde, le « 509th Bomb Group » - devait être rapporté à Moscou. En effet, les agents secrets soviétiques opérant sur le territoire des Etats-Unis avaient alors pour mission prioritaire de recueillir et de transmettre illico toutes données concernant l’arsenal atomique de ce pays.
- une liasse de dépêches " UFO " émanant d’Agences Télégraphiques de Presse : Reuter, Associated Press, United Press International, etc.

Pour l’examen des susdits documents S.P. KOROLEV disposait à sa guise d’une équipe de traducteurs expérimentés. Après trois jours de travail on le conduisit au palais du Kremlin. Là, il fut reçu de suite par Joseph STALINE qui, d’entrée, lui demanda son opinion sur le sujet. S.P. KOROLEV répondit tout d’abord que le " N.L.O. " ne semblaient pas être des armes d’origine américaine voire d’un autre pays industrialisé. Mais ajouta-t-il " le phénomène existe réellement et requiert, je le crois, une étude spéciale ". Joseph STALINE prit aussi contact avec quatre autres scientifiques qui furent questionnés soit verbalement soit par écrit sur ce qu’ils pensaient de ces phénomènes. Le premier était l’illustre physicien nucléaire Piotr Léonidovitch KAPITZA car, secrètement téléguidé par les services d’espionnage soviétiques, celui-ci entretenait d’excellents rapports de longue date avec des savants occidentaux de renom, notamment en Angleterre. Les trois autres furent : KURCHYATOV, TOPCHIEV, et KELDISH. Tous quatre arrivèrent à la même conclusion que KOROLEV.

Par ailleurs, le rusé STALINE, via ses affidés du MGB ( 5 ) et de l’Armée Rouge, savait que les " N.L.O. " étaient observés depuis quelque temps déjà survolant le territoire de l’U.R.S.S. ( notamment dans le secteur hautement stratégique de la Novaïa Zemblia ( « Nouvelle Terre » ), archipel de l’Océan Arctique), et, à l’opposé, dans celui de Vladivostok, en Extrême-Orient, sur la Mer du Japon, base navale et militaire de toute première importance.

Quelques mois encore avant sa mort survenue le 5 mars 1953, l’on sait que STALINE se tenait informé, sporadiquement il est vrai, de l’affaire " N.L.O. ". Oui, mais en ce domaine les caciques de l’Académie des Sciences de l’U.R.S.S. ainsi que de hauts responsables politico-militaires faisaient systématiquement obstruction à toutes investigations en profondeur. Cependant, car du ressort évident de leurs activités, une centaine de spécialistes du renseignement tant agents opérationnels qu’analystes (GRU, MGB, MVD ( 6 ) ) ne cessait d’accumuler des informations " N.L.O. " en provenance de tous pays, y compris l’U.R.S.S.. A titre d’exemple, via le réseau du GRU implanté aux Etats-Unis, Moscou eut la copie intégrale du Mémoire adressé le 11 septembre 1952 au directeur de la CIA ( 7 ) par Marshall CHADWELL ( Assistant Directeur Scientific Intelligence ) qui définit les orientations principales de ses activités relatives aux UFO et écrit concernant l’U.R.S.S. Les investigations portèrent sur les thèmes suivants :

- Le niveau des connaissances actuelles des Russes sur le phénomène O.V.N.I.

- L’intention éventuelle et la possibilité des Soviets, d’utiliser ce phénomène au détriment de la sécurité des Etats-Unis.

- Les causes de la discrétion de la presse soviétique au sujet des soucoupes volantes ».

A tout ce qui précède, il faut ajouter que du temps de Joseph STALINE n’existait et circulait aucun Samizdat ( 8 ) concernant les " N.L.O. ".

Par contre, surtout à Moscou, le sujet était parfois évoqué entre hommes et femmes de la haute Nomenklatura ayant connaissance de manifestations " N.L.O. " tant à l’étranger qu’en Union Soviétique... à suivre !


Notes annexes :
- ( 1 ) N.L.O. : Initiales Russes signifiant en français " Objets Volants Non Identifiés "
- ( 2 ) G.E.F.R.U. : Groupement d’Etudes Franco-Russe d’Ufologie ( Moscou - Paris ).
- ( 3 ) En français : " Tribune des Travailleurs "
- ( 4 ) G.R.U. : " Glavnoz Razvedivatelnoe Oupravlenie ) ; en français " Services des Renseignements et d’Action Militaire ".
- ( 5 ) MGB devenu plus tard le KGB.
- ( 6 ) MVD ( Ministero Vnutrennykh Del ) ; en français " Ministère de l’intérieur ".
- ( 7 ) CIA : Central Intelligence Agency ; dirigée en 1952 par le général Walter BEDELL SMITH.
- ( 8 ) Samizdat : « auto-édition " d’oeuvres clandestines. Mot forgé par analogie avec la Gossizdat : « édition d’Etat ».


DERNIERE MINUTE
Telex : 011296
Objet : Cercle intime de B. ELTSINE
Obs : " Cibles " Secrets/N.L.O.

Boris ELTSINE dont l’état cardiaque est en dégradation constante est entouré et conditionné par :

- Général Alexandre KORJAKOV, ( ex-KGB ) Chef de la Garde Présidentielle, forte de 60 000 hommes puissamment armés et payés normalement. A préciser que son pouvoir ne repose sur aucune base légale. De plus, c’est lui qui a monté le réseau clandestin "FÉLIX" à l’intérieur des services secrets russes, réseau dont l’objectif est de « passer à des procédés réalistes pour en finir avec la désintégration de l’État... et combattre les bureaucrates et banquiers qui obéissent aux ordres criminels des occidentaux... » ( sic).

- Mikhaïl BARSOUKOV, Directeur du F.S.B. ( contre-espionnage ) doté de pouvoirs très entendus et placé sous l’autorité directe du Président ELTSINE. A noter que le F.S.B. entretient un vaste réseau d’indicateurs repartis sur l’ensemble du territoire russe.

- Oleg SOSKOVETS ( 45 ans ), Premier vice-président du Conseil des Ministres, derrière Viktor TCHERNOMYRDYNE. Il se heurte maintenant aux deux précédents qui le tolèrent à leur niveau, mais reste cantonné dans sa spécialité qui est de réorganiser l’industrie russe et les compagnies commerciales dans l’optique de répondre aux besoins métallurgique de MAGNITOGORSK, située au pied de l’Oural Méridional, donc au parfum " Monts Kosvinsky " (secret ).

- Viktor ILYOUSHINE (67 ans), Premier Conseiller de la Présidence, il a rencontré ELTSINE en 1977, et depuis ne l’a plus quitté. L’agenda d’ELTSINE, c’est lui.

- Youri BATOURINE, Membre du Conseil de Sécurité, il a été chargé par ELTSINE de superviser le S.V.R. (Renseignement à l’Étranger), le F.S.B. (contre-espionnage), le M.V.D. (Ministère de l’intérieur), l’A.F.C.I. (Agence Fédérale Russe pour les Communications et l’Information) une sorte de N.S.A. russe, le Parquet Militaire et enfin le G.R.U. (Service de Renseignement Militaire Russe) sous contrôle du Haut État-Major Général.

- Anatoli RATIKOV, l’un des Conseillers de la Présidence en charge des rapports et affaires des services secrets et policiers faisant l’objet de synthèses au jour le jour.

- DJOUNA, belle créature, magnétiseuse ensorcelante, décorée des mains du Président qui la consulte souvent.

- Colonel RAGOZINE, fidèle de KORJAKOV, ce " spécialiste " des questions occultes et mystiques et hypnotiseur est paraît-il capable de lire dans les pensées. A préciser qu’il s’occupe de la vie ordinaire et pratique d’ELTSINE.

- Evgueni PRIMAKOV, Ministre des Affaires Etrangères et ex-patron du S.V.R. est redouté y compris du Président car il en sait long sur les turpitudes de la Haute-Nomenklatura et ses comptes secrets à l’Étranger. Tenir compte du fait que ses magouilles avec les Américains du C.P.R. et de la Trilatérale le déstabiliseront dès la sortie d’ELTSINE.

- Général - Lieutenant Vadim KIRPICHENKO, Conseiller Permanent du S.V.R., se déplace ouvertement hors de la Russie, y compris récemment en France à Paris.

- Général Piotr DEINEKINE, Commandant en Chef de l’Armée de l’Air Russe, va souvent à l’Étranger, y compris assez récemment en France. Bien sous tous rapports.

- Général Pavel GRATCHEV, Ministre de la Défense, supporté de façon incompréhensible par le Président. C’est une franche crapule, haïe par 80% de l’Armée.P.S. : quid concernant le Général A. SAVINE ? Toujours en charge du dossier N.L.O. à l’État-Major Général ?


Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

DANS LA MEME RUBRIQUE :
-Confidences Spatiales
-Actualité et perspectives de la recherche " officielle " OVNI / OANI en FRANCE (2)
-Actualité et perspectives de la recherche " officielle " OVNI / OANI en FRANCE (1)
-Actualité et perspectives de la recherche " officielle " OVNI / OANI en FRANCE (4)
-Documents importants du FBI révélés...
-Actualité et perspectives de la recherche " officielle " OVNI / OANI en FRANCE (3)
-Le Protocole Interstellaire


AUTEUR :
-CDIM-OVNI
Précédent Haut de page Suivant
 newsletter  -  admin  -  webmaster  -