mardi 17 octobre 2017
Page d'Accueil Accueil
Plan Plan
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
Librairie OVNI Librairie OVNI + Vidéos
Forum Ufolibre Forum Ufolibre
Agenda Girondin Agenda Girondin
Annuaire Ufologique Annuaire Ufologique
Abonnement revues Abonnement revues
Associations girondines Associations girondines
Interviews de personnalités Interviews de personnalités
Librairie Impossible Librairie Impossible
Observations Observations
Pistes de recherche sur les OVNI Pistes de recherche sur les OVNI
   - Folklore ufologique et du passé
   - HET ou Hypothèse Extra-Terrestre
   - Inconscient Collectif
   - Intox lucrative
   - L’origine Intra-Terrestre
   - Le Monde des Illusions
   - Les Autres Dimensions
   - Manifestation des êtres divins
   - Phénomènes naturels dont certains sont inconnus
   - Ultra Top Secret
Revue de presse Revue de presse
   - Les vidéos sur internet
ZArchives CDIM-OVNI ZArchives CDIM-OVNI
   - Anomalies spatiales
   - L’Affaire Roswell
   - L’archéo-ufologie ou astro-ufologie
   - L’exo-biologie et la connexion Mars/Terre
   - Les congrès ufologiques
   - Les effets dûs aux ovnis
   - Les OVNI au fil du temps
   - Les ovnis : un phénomène mondial
   - Les ovnis et la science
   - Les ovnis et les autorités
Recevoir des infos géopolitiques rares
Le sommaire du prochain LIESILIESI

Inscription
Désinscription
Retour à la page d'accueil  Interviews de personnalités

Kenneth ARNOLD

vendredi 20 juillet 2001, CDIM-OVNI


L’interview de Kenneth Arnold

Voici ci-dessous la transcription des commentaires de Kenneth Arnold sur le terme "Soucoupes Volantes"

Beaucoup de nos lecteurs se rappelleront Edward R.MURROW, le commentateur à l’éternelle cigarette aux lèvres, très populaire dans les années 40 et 50, qui marqua les nouvelles d’une intonation dramatique, et qui fut son style distinctif. Presque trois ans après la fameuse observation du 24 Juin 1947, dans les cascades de l’Etat de Washington, Mr Murrow engagea le témoin/pilote Kenneth Arnold, à une conversation sur son expérience historique.

Des portions de cette conversation ont été ici reproduits dans les termes exacts, tels que retransmis sur les ondes nationales (Américaines, N.d.T.), lors de cette soirée du 7 Avril 1950. Certains d’entre vous ont dû écouter cette émission. Pour vous, et pour ceux d’entre vous, qui sont un peu plus jeunes, voilà "comment ça a été".

ARNOLD : "C’était pendant que je cherchais le lieu de ce crash, que je remarquai un terrible flash bleu passant devant le nez de mon appareil. Je remarquai que le flash provenait d’un train d’objets au profil particulier, qui se rapprochaient rapidement du Mont Rainier au cap 107. Cet ensemble se composait de neuf objets. Je supposait sur le moment que ce devait être une nouvelle formation de vol ou un nouveau type de jet, bien que j’aie été étonné que les objets ne possédaient pas de queue. Ils passèrent presque directement devant moi, mais à une distance de 43 kms, ce qui n’est pas grand-chose dans les airs. Je jugeai leur envergure à environ 30 mètres. La vision (de ces objets, N.d.T.) ne m’a pas particulièrement étonné sur le moment, mis à part que je n’avais jamais vu d’appareils de ce type."

MURROW : "Mr Arnold, après l’atterrissage, fit un rapport de routine de ce qu’il avait vu, à un représentant de la Civil Aeronautics Administration, et s’empressa d’oublier toute l’affaire, jusqu’à ce que les roues de la publicité commencèrent à se mettre en marche. Les portes du déluges s’ouvrirent."

ARNOLD : "Je n’ai jamais compris, à ce moment-là, pourquoi tout le monde était si bouleversé par neuf disques, puisque ces objets n’avaient aucunement été menaçants. Je pensais qu’ils avaient quelque chose à voir avec l’Air Force."

MURROW : "Mr Arnold a été questionné à trois reprises par le Renseignement Militaire. Ils exprimaient ouvertement des doutes, quant à la réalité de certaines de ses observations."

ARNOLD : "C’est exact. Bien entendu, ils avaient pris certaines de mes observations, d’articles de journaux, qui ne me citaient pas fidèlement. Alors, lorsque je parlai à la presse, celle-ci déformait mes propos, et dans l’excitation générale, les uns et les autres déblaterèrent tellement qu’ils ne savaient plus exactement ce qu’ils étaient en train de dire, je crois."

MURROW : "Et c’est ainsi que naquit le terme de ’soucoupe volante’".

ARNOLD : "Ces objets ondulaient plus ou moins, comme s’ils avaient été , je dirais, des bateaux sur une eau houleuse, ou un type d’air comme cela, et lorsque je décrivai la façon dont ils volaient, je dis qu’ils volaient comme si on avait pris une soucoupe (sous-tasse) et jeté sur l’eau. La plupart des journaux ne comprirent pas mes propos et les déformèrent. Ils dirent que j’aurai déclaré qu’ils resemblaient à des soucoupes ; je disais en fait, qu’ils VOLAIENT à la manière de soucoupes."

MURROW : "Cette déformation des mots est pourtant historique. Alors que l’explication première de Mr Arnold a été oubliée, le terme de soucoupe volante, lui, est devenu une expression courante. Très peu de personnes savent qu’en fait Mr Arnold, avait rapporté avoir vu de semblables objets à trois autres reprises. Il dit que certains pilotes du Nord-ouest, ont déclaré les avoir observé en huit différentes occasions. Nous l’avons interrogé sur son opinion quant à la nature de ce que lui et les autres pilotes avaient vu."

ARNOLD : "Je ne sais pas au juste comment l’expliquer. Je me suis plus ou moins fait une opinion sur ce que je devais penser. Naturellement, étant né Américain, si ce n’est pas l’oeuvre de notre Science ou de notre Armée, j’incline à penser que ce doit avoir une origine extraterrestre."

MURROW : "D’origine extraterrestre ? Vous voulez dire que vous pensez qu’il y a une possibilité qu’ils soient venus de l’espace, d’une autre planète ? Je crois que c’est plutôt difficile à envisager sérieusement pour la plupart des gens..."

ARNOLD : "Eh bien, en tant que pilotes, aucun de nous n’a apprécié d’être tourné en ridicule. Nous avons fait nos rapport, uniquement parce que nous pensions qu’au cas où le gouvernement ignorerait de quoi il s’agissait, il serait de notre devoir de le rapporter à la nation, et à notre Armée de l’Air plus précisément. Je crois que c’est quelque chose qui nous regarde tous, dans le pays, et je ne crois pas qu’il y ait matière à paniquer. Voilà ma franche opinion là-dessus."

MURROW : "Voilà, c’est ainsi que tout commença ; ce fut le déclencheur. L’histoire de Kenneth Arnold s’est répandu comme une trainée de poudre sur les chaines d’information. La radio et les journaux l’ont reprise à leur compte, et en quelques jours, le pays entier croulait sous les observations de soucoupes volantes."

NOTE : Tous les commentaires ci-dessus, faits par Arnold verbalement au téléphone, ainsi que les remarques d’Ed Murrow, ont compilées plus tard, pour être diffusés sur les ondes.

Traduction Lucien Peloso


Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

DANS LA MEME RUBRIQUE :
-Lettre au Ministre de la Défense Belge
-Compte Rendu de la conférence CDIM en hommage à Bernard Bidault
-John A. PRICE
-Michel GRANGER
-Jean-Pierre SEGONNES
-Louis LACOSTE
-Conférences sur le Paranormal le 17 novembre 2007 à Bordeaux
-Stanton FRIEDMAN
-Major Easley D. EDWIN
-Interview de Jimmy Guieu


AUTEUR :
-CDIM-OVNI
Précédent Haut de page Suivant
 newsletter  -  admin  -  webmaster  -