mardi 17 octobre 2017
Page d'Accueil Accueil
Plan Plan
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
Librairie OVNI Librairie OVNI + Vidéos
Forum Ufolibre Forum Ufolibre
Agenda Girondin Agenda Girondin
Annuaire Ufologique Annuaire Ufologique
Abonnement revues Abonnement revues
Associations girondines Associations girondines
Interviews de personnalités Interviews de personnalités
Librairie Impossible Librairie Impossible
Observations Observations
Pistes de recherche sur les OVNI Pistes de recherche sur les OVNI
   - Folklore ufologique et du passé
   - HET ou Hypothèse Extra-Terrestre
   - Inconscient Collectif
   - Intox lucrative
   - L’origine Intra-Terrestre
   - Le Monde des Illusions
   - Les Autres Dimensions
   - Manifestation des êtres divins
   - Phénomènes naturels dont certains sont inconnus
   - Ultra Top Secret
Revue de presse Revue de presse
   - Les vidéos sur internet
ZArchives CDIM-OVNI ZArchives CDIM-OVNI
   - Anomalies spatiales
   - L’Affaire Roswell
   - L’archéo-ufologie ou astro-ufologie
   - L’exo-biologie et la connexion Mars/Terre
   - Les congrès ufologiques
   - Les effets dûs aux ovnis
   - Les OVNI au fil du temps
   - Les ovnis : un phénomène mondial
   - Les ovnis et la science
   - Les ovnis et les autorités
Recevoir des infos géopolitiques rares
Le sommaire du prochain LIESILIESI

Inscription
Désinscription
Retour à la page d'accueil  Interviews de personnalités

Louis LACOSTE

vendredi 12 juillet 1996, CDIM-OVNI


Point de vue d’un Pionnier de l’Ufologie

par Louis LACOSTE (80 ans)

Dans le monde de la recherche ufologique il existe des personnages plus ou moins intéressants. Notre département de la Gironde qui recèle quelques chercheurs ne faillit pas à la règle : il en existe de tous horizons, amateurs, scientifiques, etc.

C’est pourquoi notre bulletin est ouvert à tous types de chercheurs, sans aucun dogmatisme ou sectarisme. Nous avons rendu visite à l’un d’entre eux. Un personnage qui a le mérite de poursuivre depuis bientôt 60 ans une recherche personnelle. Biensûr pour certains cela ne représente pas d’intérêt car Monsieur LACOSTE n’est pas un scientifique. Mais dans la mesure de ses moyens il a fait connaître de nombreuses enquêtes au fil des années, cela mérite nos félicitations. Il nous livre aujourd’hui ses réflexions :

CREPS : En tant qu’un des pionniers dans le domaine de l’ufologie amateur, depuis combien de temps vous intéressez-vous aux OVNI ?

Mr LACOSTE : Cela a commencé au mois de juillet 1927, dans l’après-midi, vers 16 heures environ, j’ai fait l’observation en vol d’un objet très brillant. A cette époque, les gens de la campagne ne sachant que dire ou faire n’expliquaient rien de leurs observations ! Cette apparition subite, une chose sphérique, se déplaçait dans un ciel très bleu, sans nuages, à une altitude de 250 à 300 mètres. Cette boule étrange de par ses éclats brillait comme le papier d’aluminium. Sa course s’est prolongée en direction de l’ouest.

Six ans après en 1933, dans le courant du mois de décembre, vers minuit, un objet de forme rectangulaire de couleur rouge vif s’est manifesté à ma vue. La chose, que j’ai observée à une altitude de 120 mètres environ, s’est déplacée de gauche à droite et réciproquement. Puis elle s’est élevée pour redescendre de quelques mètres, ensuite elle a repris sa position centrale au moment de l’observation. Comme la chose continuait à se manifester ainsi, j’ai repris la route à bicyclette afin de rentrer chez moi.

Pour moi, toute apparition du phénomène serait une sorte de tentative de contact. Cela peut induire la modification de la réalité par une interaction des facultés psi latentes des témoins. C’est favorisé par les apparitions du phénomène en raison de l’instabilité affective et d’un plus grand besoin d’absolu.

Qu’un phénomène ne soit pas reproductible à volonté ne démontre pas son existence, mais seulement notre ignorance des lois qui le gouvernent.

Actuellement je pense que les signes qui pourraient confirmer l’hypothèse d’une présence extra-terrestre à proximité de notre monde reste à découvrir (souvenez-vous du 5 novembre 90). Ces visiteurs pourraient se cacher comme des chasseurs à l’affût.

Dans les projections cinématographiques on s’aperçoit que le contenu des films est truffé de véritable science-fiction. L’irréel passionne le public mais y croit-il ? Il n’accepte pas des films tels que les " Envahisseurs " ou " Rencontre du Troisième Type " comme des réalités possibles, il lui faut plus de plausible.

CREPS : Pouvez-vous nous dire qu’elle a été votre motivation pour entreprendre des recherches ufologiques ?

Mr LACOSTE : Ma motivation est la suivante : après plusieurs observations d’OVNI, phénomènes lumineux, traces aux sols, personnages très bizarres au comportement inexplicable, j’ai été conduit à m’intéresser aux " Soucoupes Volantes ". Et ce depuis les années 20 jusqu’à nos jours.

CREPS : Et quels sont vos moyens ?

Mr LACOSTE : En ce qui concerne les OVNI, la recherche n’est pas pour moi un terrain de concurrence avec les scientifiques, je ne peux pas me le permettre.

Mes moyens ne sont pas aussi grands que les leurs et mon savoir est limité. Je fait toutefois la même recherche pour le même objectif, ma méthode est seulement différente ; mais la fin justifie parfois les moyens.

CREPS : Vous avez participé à de nombreuses enquêtes sur des observations et atterrissages en Aquitaine, pouvez-vous nous en parler plus longuement ?

Mr LACOSTE : J’ai fait à peu près 110 enquêtes en Aquitaine dont 30 en Lot-et-Garonne. Mais aussi près de chez moi : une à 100 mètres et deux autres à 300 mètres.

Il y a eu un atterrissage remarquable par ses traces aux sols du côté de Cérons en 1958 où j’ai enquêté avec la Gendarmerie de Podensac. Cette étrange découverte a été faites par des personnes dans un pré situé entre la N113 et la Garonne, les traces étant à une centaine de mètres de la route.

A Fargues-Saint-Hilaire, dans la soirée du 9 décembre 1960, vers 20h30, Madame DHELENS ouvre une fenêtre du rez-de-chaussée et distingue une lueur au ras du sol. Un objet est masqué par les premiers arbres en dehors de l’allée d’accès au château. Son volume est celui de deux automobiles. Il se présente sous la forme d’un dôme lumineux où se distingue des nervures plus sombres qui se dessinent verticalement comme des tranches d’orange. Par transparence le témoin vit une sorte de ligne sombre se courber dans la moitié supérieure du dôme. Dans cette zone se trouvaient également deux hublots ronds et clairs derrière lesquels des formes indistinctes, telles des ombres, s’agitaient et se déplaçaient. A ce moment Mme DHELENS sortit pour apercevoir la lueur : elle entendit un grésillement et elle vit la lueur de forme ovale s’élever dans le ciel pour disparaître vers le nord. Elle en a éprouvé une vive émotion.

Le ciel du Sud-Ouest du début 1974 à 1977 a constitué l’un des meilleurs champs d’observation pour l’étude des OVNI de forme sphérique.

Ils l’ont sillonné en si grand nombre qu’on s’est demandé si les forêts et les rivières de ces contrées ne servaient pas de repaire à ces boules, ces ballons et ces disques aux milles couleurs qui ont crevés les ténèbres du Sud-Ouest pendant des semaines consécutives.

C’est dans la région du Réolais que les membres d’une même famille vivant ensemble ont eu le rare privilège d’en observer à tour de rôle le soir de la Toussaint, le jeudi premier novembre 1979 vers 18h25 : plus de quinze témoignages de cette apparition aux multiples facettes.

En juin 1994 vers 17h10, au-dessus du Mongauzy entre la N113 et Hure, ce sont quatre boules lumineuses de couleur bleu qui se sont manifestées aux vues de plusieurs témoins.

CREPS : Vous vous passionnez aussi pour la détection des OVNI, pouvez-vous nous en dire une peu plus à ce sujet ? est-il vrai que l’on peut détecter des OVNI ?

Mr LACOSTE : Une recherche très sérieuse sur les phénomènes OVNI s’appelle la détection avec des appareil électroniques : des détecteurs.

Malgré un gros travail de rassemblement des données, aucun examen vraiment scientifique du phénomène OVNI n’a jamais été entrepris, malgré l’énorme volume des données brutes.

Mes premières détections remontent aux années 60. Les rapports de détection et d’observation s’entassent me permettant de donner par avance les passages d’OVNI.

Je me place sur cette route de recherche dont je ne m’écarterai pas.

Sachez chers amis que deux ceintures tournent par rapport à la Terre dans le sens Est-Ouest (13 tours en 365 jours moins 13 heures environ) et elles sont orthogonales entre elles.

Ces ceintures sont soit des fenêtres de passage pour les OVNI, soit des zones où les OVNI proches de la Terre peuvent communiquer facilement avec leur satellites mères.

Mais pour progresser rapidement dans cette étude il faudrait toutes les observations OVNI répertoriées dans le monde afin de déterminer avec exactitude le cycle propre aux grandes vagues.

L’effet Alpha enregistré par mes appareils de détection est l’une des perturbations causées par la présence des phénomènes OVNI et ceux-ci sont authentiques puisqu’ils sont mesurables. Ils ne sont pas naturels, ils obéissent cependant à des lois astronomiques pour suivre des cycles périodiques bien définis.

La détection de l’effet Alpha permet de distinguer deux phénomènes OVNI obéissant à une certaine routine : les " soucoupes volantes " sont détectées et pas les autres OVNI.

CREPS : En tant qu’amateur et non-scientifique vous avez été attaqué et dénigré plusieurs fois, que pensez-vous de cette attitude agressive à votre égard ? Les astronomes amateurs sont reconnus utiles et admis depuis longtemps alors pourquoi pas les ufologues ?

Mr LACOSTE : Ce n’est pas entièrement exact car après mon passage à FR3 des personnes intéressées par les OVNI téléphonèrent. J’ai osé penser qu’en cherchant les preuves d’existence d’êtres venus d’ailleurs, certains reprendront ces informations, en me voyant débattre seul contre des imbéciles, et que par ce canal ils défendront ce pour quoi je me donne tant de mal.

Il y a les intox du SEPRA et d’autres. La vérité est-elle à la tête du client ? Quand on voit le mal que certains se donnèrent pour accréditer l’affaire de Tronville-en-Barrois on peut sourire !

Mais contrairement à ce qu’affirme certains, le GEPAN puis le SEPRA n’a pas occulté le phénomène. Il ne fait que rapporté des faits déjà filtrés par la Gendarmerie qui transmet (et le fait toujours en 1994) aux autorités militaires qui dispatchent auprès du SEPRA ce qu’elles veulent qu’il dise.

Le SEPRA est l’arbre qui cache la forêt des omissions et des mensonges.

CREPS : Au bout de toutes ces années de recherches avez-vous une conviction absolue sur la provenance de ces OVNI ou de leur réalité ?

Mr LACOSTE : Un changement tout d’abord, une ligne de conduite suivant les lieux sacrés où le contact s’établit dans le domaine de l’esprit. Le changement se fera dans une décennie bon gré mal gré et tout cela en conflit direct avec les croyances établies du genre :

L’évolution : elle reste encore un peu trop éloignée des faits actuels, l’évolution des OVNI suscite de nombreuses critiques comme les êtres aperçus tout à côté de leur vaisseau. Il faudra admettre la notion d’êtres extra planétaires venus jusqu’à nous pour nous explorer.

De quelle façon : à partir d’un climat favorable à l’idée d’apparaître, des êtres organisés se transforment et divergent au moment des apparitions. Le navigateur Magellan en 1520 apercevait déjà des " clipeus " qu’il décrivait comme des soucoupes volantes.

Dans quel sens : à certains moments d’évolution il y a eu des signaux de prise de contact, pour nous les plus intéressants viendraient d’émetteurs placés sur des vaisseaux spatiaux lointains, des sondes planétaires voire la Lune où peut subsister des astronefs de l’espace.

En fait, l’espace est la solution aux exigences astronomiques d’opération spatiale. Jusqu’à ce jour, le comportement des OVNI et de leurs occupants permet de penser que leurs excursions ont un but précis. Souvenez-vous du 5 novembre 1990.

Il est inconcevable de croire un instant que leurs voyages autour d’une planète comme la nôtre soient seulement guidés par le hasard ou dénués d’arrière-pensées.

Que savons-nous des humanoïdes ? Ils sont parvenus à l’ère astronomique. Les quelques signes que certains témoins ont eu le privilège d’analyser nous renseigne que le contact peut être immédiat.

Au cours des années 60, un mois de juillet, une rencontre fortuite me permit de découvrir les premiers signes d’un message à l’encontre d’éventuels extra-terrestres : à 200 mètres de là il y a eu deux atterrissages !

A défaut d’y croire vraiment et donner des précisions utiles, ce premier message abandonné à l’endroit cité sur Terre vient donner une première et modeste caution à l’hypothèse extra-terrestre.

Certains scientifiques, qui travaillent dans l’infiniment grand, pensent volontiers que la science est un sérieux stimulant pour l’imagination des chercheurs.

Au début du mois de janvier 1971, les mêmes signes firent réapparition à des centaines d’exemplaires dans la région Dignoise, plus spécialement à Malijai. Ils étaient parfaitement dessinés au pochoir sur les bords des routes. Personne ou presque n’a prêté attention à ce mystérieux symbole. Au début, ces signes mystérieux se trouvaient concentrés dans un triangle approximatif situé entre Digne, Saint-André-des-Alpes et Malijai. Puis d’autres furent découverts entre Cagnes-sur-Mer et Nice. Certains ésotériques ont pensé qu’il s’agissait d’un message rédigé en langage universel abordable aux seuls initiés.

Le signe aurait pour but d’indiquer que l’heure du grand bouleversement est très proche. Ces signes indiquent également le chemin à suivre aux extra-terrestres qui selon certains vivent parmi nous.

Le symbole a intrigué les milieux officiels. Il est certain que pendant ce court laps de temps, nous saurons si notre Terre est bien sous le contrôle d’une civilisation extérieure dont la mission pourrait être salvatrice comme l’affirment certains contactés.

CREPS : Quand avez-vous observé ces fameux OVNI ?

Mr LACOSTE : Je vais les reprendre dans l’ordre chronologique :

- le 18 juillet 1927

- le 20 décembre 1933

- le 1er juillet 1971 avec détections dans la période

- le 1er novembre 1979 avec détections dans la période

- le 24 février 1980

- le 14 juin 1980 avec détections pendant la période

- le 25 décembre 1980

- le 16 février 1981

- le 12 juillet 1990

En me basant sur les détections passées je fait des prévisions de passages d’OVNI, par exemple pour décembre 1994 les 4/5, 14, 20, 25/26 sont des jours favorables.

CREPS : Depuis quelques années certains chercheurs ne font plus confiance et polémiquent au sujet de l’organisme officiel qui s’occupe des OVNI en France, le SEPRA, qu’en pensez-vous ?

Mr LACOSTE : Dans un cas comme dans l’autre il est presque sûr que la manipulation existe. Il y a quelques années, j’aurais pu m’éviter la venue des Renseignements Généraux à deux reprises !

On peut dire qu’il n’existe pas de liberté de la presse, fut-elle associative, devant la dure réalité de la sécurité de l’Etat ! Je l’accepte non pas par lâcheté mais simplement parce que cela accrédite le fait que les OVNI sont un poison pour le gouvernement par leur présence dans nos cieux.

L’ufologie au lieu d’être le réceptacle des bassesses en tous genres, devrait nous amener à un mieux être. Je crois que c’est la leçon que nous devrions apprendre à méditer.

CREPS : Nous vous remercions d’avoir répondu à nos questions Mr LACOSTE. Avez-vous un dernier souhait ou explication à donner à nos lecteurs ?

Mr LACOSTE : Sachez que parfois il y a des coups de gueule, il ne s’agit pas de régler des comptes mais plutôt prévenir qu’en ufologie personne n’est le meilleur !

Personne ne connaît la vérité ! Personne ne peut se parer du titre de " maître " car si cela était, le mot OVNI n’existerait plus, laissant la place à la connaissance.

Et que l’on sache que ce n’est pas parce que l’on possède une bibliothèque très fournie en brochures ufologiques que l’on se doit de vouloir tout régenter.

En conclusion n’enviez pas les témoins de RR3 et de RR4. Ce ne sont ni des privilégiés ni des élus mais des gens qui, dupés par une intelligence inconnue, sont condamnés à devenir les victimes de l’imbécillité humaine.

Que le lecteur de mon témoignage ne se porte pas en juge mais plutôt en chercheur qui veut comprendre et qui admet des idées différentes des siennes. Ne rions pas trop des stupidités qui parfois font surface. Ce serait s’ériger en connaisseurs et nous ne le pouvons pas actuellement.

Fin. Mr Louis LACOSTE.

* Mr LACOSTE est décédé depuis cette entretien.


Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

DANS LA MEME RUBRIQUE :
-John A. PRICE
-Jean-Pierre SEGONNES
-Michel GRANGER
-Kenneth ARNOLD
-Interview de Jimmy Guieu
-Stanton FRIEDMAN
-Major Easley D. EDWIN
-Conférences sur le Paranormal le 17 novembre 2007 à Bordeaux
-Lettre au Ministre de la Défense Belge
-Compte Rendu de la conférence CDIM en hommage à Bernard Bidault


AUTEUR :
-CDIM-OVNI
> Louis LACOSTE
4 juin 2005, par mireille   [retour au début des forums]
m.lacoste

je suis tout a fait d’accord avec m.lacoste malgré mon jeune age(19 ans)j’ai fait des études, des recherche très sérieuse là dessus,et je ne pense pas que ce que nous assitons à une vague de simple canulars ca ne se peut pas en 47 à roswell malgrès les effort de l’armée de l’air américaines pour dire simplement des ballons sondes rapellons quand meme que les moyen de l’air était « faible »on etait pas au 23ème siécle avec des avancés technologique flagrandre !!!La c’est impossible !! il y a trop d’observations dans le monde.....



-> Louis LACOSTE
(1/1) 4 juin 2005, par mireille
Précédent Haut de page Suivant
 newsletter  -  admin  -  webmaster  -