jeudi 21 juin 2018
Page d'Accueil Accueil
Plan Plan
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
Librairie OVNI Librairie OVNI + Vidéos
Forum Ufolibre Forum Ufolibre
Agenda Girondin Agenda Girondin
Annuaire Ufologique Annuaire Ufologique
Abonnement revues Abonnement revues
Associations girondines Associations girondines
Interviews de personnalités Interviews de personnalités
Librairie Impossible Librairie Impossible
Observations Observations
Pistes de recherche sur les OVNI Pistes de recherche sur les OVNI
   - Folklore ufologique et du passé
   - HET ou Hypothèse Extra-Terrestre
   - Inconscient Collectif
   - Intox lucrative
   - L’origine Intra-Terrestre
   - Le Monde des Illusions
   - Les Autres Dimensions
   - Manifestation des êtres divins
   - Phénomènes naturels dont certains sont inconnus
   - Ultra Top Secret
Revue de presse Revue de presse
   - Les vidéos sur internet
ZArchives CDIM-OVNI ZArchives CDIM-OVNI
   - Anomalies spatiales
   - L’Affaire Roswell
   - L’archéo-ufologie ou astro-ufologie
   - L’exo-biologie et la connexion Mars/Terre
   - Les congrès ufologiques
   - Les effets dûs aux ovnis
   - Les OVNI au fil du temps
   - Les ovnis : un phénomène mondial
   - Les ovnis et la science
   - Les ovnis et les autorités
Recevoir des infos géopolitiques rares
Le sommaire du prochain LIESILIESI

Inscription
Désinscription
Retour à la page d'accueil  Auteur


TIMEBUSTER

Le vol du météore

Je n’étais qu’un enfant alors, mais à mesure Que le Soleil levant, rendait ma raison mûre, Comme des rayons d’or sur la Lune semés, Je remplissais en moi les sillons consumés. En écoutant la voix qui ne me parlait pas, Je frayai le chemin qu’emprunteraient mes pas. Dans un silence fou, apercevant son dais, J’apostrophais Dieu, mais nul ne répondait ! Je n’aurais pas laissé une seule seconde, A ces moments perdus dont se meure le monde. J’avais brûlé mon sang, à ce feu de mon cœur, Sacrifiant le jour, cherchant une lueur. Je ne sais quel instant profond de vérité ? M’emmenait d’une idée vers ce lieu lacté ! Etait-ce un souvenir aveugle de l’amour, Qui pour un tel effort justifia le tour ? Etait-ce qu’exaltant mon âme jusqu’au culte, Je craignis que le sol ne lui fût une insulte ? Au prix de ce bonheur, que mille fois je meure ! Car je vis mille fois en de pareilles heures ! Les heures que pourtant demandait le séjour, Sur des nuages blancs, chevauchant le contour, Assaillirent mes flancs en un large soupir ! Je compris qu’à présent j’allais m’épanouir ! Par un fil dans les yeux, épousant les ténèbres, Mon nombril se rivât au fond de mes vertèbres Et des deux bords du temps, inspira ma pensée, De ces liens du corps enfin débarrassée. Emportés par le vent, je percevais les ondes, Couvrant l’éternité d’interminables rondes ; Mes ailes de lumière en séant à mon âme, Eclipsaient à mes sens le néant qui se pâme. A l’arrêt temporel, d’éden redescendu, Avec un sentiment de paradis perdu, A présent, le passé de telles destinées, Marie mon souvenir aux images innées. Parfois, se retrouvant en terrain imprévu, Un seul coup d’oeil connaît ce qu’il n’a jamais vu Et dans la certitude ou le réveil le plonge, Invisible des yeux, l’ut visité en songe ! Qand le chant sidéral, haï de la ténèbre, Au pays de l’azur et des rêves d’orphée, Prédéstine l’aurore à ce héros célébre, Cet Y échéant de son sein le trophée. L’artifice funèbre éblouis du matin, Ecoute en ces lieux l’ode mélodieuse, Déchirant en lambeaux sa robe de satin, Pour aller célébrer la voix silencieuse. Ainsi l’étoile acouche un jour emerveillé, Du temps prenant sa part, à la vie amoureux, De sa belle maîtresse au joug ensoleillé, Ephemère rosée sur le sol vaporeux. Longtemps pourtant la fleur apres que le déluge, Enhivré et lassé de ce vin et d’amour, Oubliant d’investir un semblant de refuge, Echape la pensée vétue de ce velours.

MARIO KEKIC



 

Envoyer un message à TIMEBUSTER

Votre adresse email

Sujet

BREVES DE COMPTOIRS !
PRESIDEUM-TIME !
, par TIMEBUSTER

Précédent Haut de page Suivant
 newsletter  -  admin  -  webmaster  -